MENU
26 avril- 25 mai 2019

Carabistouilles d'enfance

Sculptures et toiles cousues de l'artiste noyonnaise Catherine Bullot-Adam nous ouvrent la danse pour un voyage, une rêverie à travers le pays de l'enfance, de son innocence, de ses turbulences… Jeux, souvenirs s'interpellent dans un joyeux charivari et nous invitent à suivre le fil de cette exposition.
26 AVRIL- 25 MAI 2019

Carabistouilles d'enfance

Sculptures et toiles cousues de l'artiste noyonnaise Catherine Bullot-Adam nous ouvrent la danse pour un voyage, une rêverie à travers le pays de l'enfance, de son innocence, de ses turbulences… Jeux, souvenirs s'interpellent dans un joyeux charivari et nous invitent à suivre le fil de cette exposition.
Avec l'exposition Carabistouilles d'enfance, l'artiste plasticienne Catherine Bullot-Adam nous redonne la possibilité de nous immerger dans le monde de l'enfance. Avec simplicité, nous y retrouvons l'ensemble du concentré émotionnel qui l'accompagne. L'artiste va chercher à mettre en image la spontanéité et le caractère presque insaisissable dont cette période peut faire preuve vis à vis d'un regard extérieur. L'enfant a, malgré l'influence parentale, une zone de repli, un espace pour soi qui lui permet de construire un univers parfois hermétique aux adultes. C'est à travers ce mystère générationnel qu'intervient la création artistique ; celle-ci offre un moyen d'entamer un retour à l'enfance afin de retrouver les origines de l'individu que nous sommes, mais qui pourtant nous est tout à fait étranger.

De ce fait, Catherine Bullot-Adam construit son travail plastique comme un outil de médiation venant relier deux périodes de vie et tout ce qui leurs sont attribuées. Intervient ici l'utilisation de la ligne et du fil, mise en forme la plus évidente d'une liaison fragilement pérenne entre les grandes notions d'origine et d'héritage. La figuration allusive apparaît comme un moyen d'expression inaltéré par le temps ainsi que ses influences, et semble être un témoignage d'une vigueur instantanée faisant preuve de vérité. Le trait brut, si caractéristique de cette recherche, vient appuyer l'authenticité et la force du regard de l'enfant sur le monde. Le travail de Catherine Bullot-Adam s'apparente à une quête originelle, cherchant à creuser pour retrouver en chacun l'âme d'enfant que nous avons été.

Dans une autre mesure, sa recherche révèle l'aspect fugace et éphémère de cette période. L'enfance devient alors une partie d'un roman lointain avec ses mystères et ses mythologies. Celle-ci devient l'objet de multiples représentations : les rêveries, les imaginaires, l'insouciance. L'enfance apparaît comme une temporalité uniquement accessible par un pont artificiel que peut mettre en place la création artistique. Carabistouilles d'enfance représente bien cette légèreté et cette poésie - vouées à disparaître - d'une enfance dont il nous reste seulement les histoires et les anecdotes.
Maxime Kapral-Kastel
Avec l'exposition Carabistouilles d'enfance, l'artiste plasticienne Catherine Bullot-Adam nous redonne la possibilité de nous immerger dans le monde de l'enfance. Avec simplicité, nous y retrouvons l'ensemble du concentré émotionnel qui l'accompagne. L'artiste va chercher à mettre en image la spontanéité et le caractère presque insaisissable dont cette période peut faire preuve vis à vis d'un regard extérieur. L'enfant a, malgré l'influence parentale, une zone de repli, un espace pour soi qui lui permet de construire un univers parfois hermétique aux adultes. C'est à travers ce mystère générationnel qu'intervient la création artistique ; celle-ci offre un moyen d'entamer un retour à l'enfance afin de retrouver les origines de l'individu que nous sommes, mais qui pourtant nous est tout à fait étranger.

De ce fait, Catherine Bullot-Adam construit son travail plastique comme un outil de médiation venant relier deux périodes de vie et tout ce qui leurs sont attribuées. Intervient ici l'utilisation de la ligne et du fil, mise en forme la plus évidente d'une liaison fragilement pérenne entre les grandes notions d'origine et d'héritage. La figuration allusive apparaît comme un moyen d'expression inaltéré par le temps ainsi que ses influences, et semble être un témoignage d'une vigueur instantanée faisant preuve de vérité. Le trait brut, si caractéristique de cette recherche, vient appuyer l'authenticité et la force du regard de l'enfant sur le monde. Le travail de Catherine Bullot-Adam s'apparente à une quête originelle, cherchant à creuser pour retrouver en chacun l'âme d'enfant que nous avons été.

Dans une autre mesure, sa recherche révèle l'aspect fugace et éphémère de cette période. L'enfance devient alors une partie d'un roman lointain avec ses mystères et ses mythologies. Celle-ci devient l'objet de multiples représentations : les rêveries, les imaginaires, l'insouciance. L'enfance apparaît comme une temporalité uniquement accessible par un pont artificiel que peut mettre en place la création artistique. Carabistouilles d'enfance représente bien cette légèreté et cette poésie - vouées à disparaître - d'une enfance dont il nous reste seulement les histoires et les anecdotes.

Maxime Kapral-Kastel
Période d'exposition
26 avril - 25 mai 2019

Vernissage :
le samedi 11 mai de 16h à 20h en présence de l'artiste

D'autres présence de l'artiste :
le samedi 18 mai de 15h à 18h
le samedi 25 mai toute la journée

Galerie est ouverte du mardi au vendredi de 14h à 19h, samedi de 10h à 19h et sur rendez-vous

Fermeture exceptionnelle les mardi 30 avril et 7 mai

Entrée libre.